Le Pont qui tremble

 

                                                                                  Le Pont qui tremble

                                                                                     -----------------------

 

  Association Française des Pèlerins de Saint Jacques de Compostelle

  https://ultreia.pagesperso-orange.fr/pontrembl.htm

 

  Le "pont qui tremble" est un lieu mythique jacquaire avec des localisations diverses. Plusieurs récits de pèlerinage le mentionnent.

 

  Quand nous fûmes au pont qui tremble,

  Gens étonnés,

  À nous voir entre deux montagnes,

  Si oppressés

  Et sous les ondes de la mer en grande tourmente

  Compagnons, nous faut cheminer

  Tous saisis d'épouvante :

 

  Selon Las peregrinaciones a Santiago, le pont se situait sur le chemin de la Côte ou du Nord, dans les Asturies,.entre Cudillero et Luarca, à l'ouest de Ballota.

  Fait de planches branlantes, il enjambait le petit torrent appelé Cabo à 80 m de l'embouchure dans l'Atlantique.

  Un pont de pierre l'a remplacé. Il est en mauvais état. Le balisage moderne du Camino y fait passer, mais, sur place, c'est l'ignorance totale.

 

                                                          

                                                                                     -----------------------

 

  carte Cudillero-Luarca

  carte Cudillero-Luarca 1440 JPG

                                                                                         * * *

 

  carte Ballota - rio Cabo

  carte Ballota - rio Cabo 1500 JPG

                                                                                     -----------------------

 

  Relation du 1er voyage de Philippe le Beau en Espagne en 1501 (pages 157 et 158 sur le "pont qui tremble").

 

  Source : Ce récit d'Antoine de Lalaing, seigneur de Montigny, fait partie des "Voyages des souverains des Pays-Bas" publié par M. Gachard (1876).

 

  ... Ceuls, partis de Sainct-Salvatoir, cheminèrent chincq lieues, et logèrent à Villier, ung port de mer ung peu hors du chemin de Sainct-Jacques, et allèrent illec, cuidant monter sur mer et descendre à la Queloigne. pour se que mons du Monceaux estoit malade, et enduroit à grief le chevauchier. Mais le contrariété du vent les constraindi aller par terre.

  Le dimence, XXVIIe de febvrier, passèrent ung brach de mer et disnèrent à Cadifier, quatre lieues de Villier, et puis prinrent giste au village de Socques.

  Le lundi, passèrent sept maulvaises montaignes, nommées les Sept-Soers et puis passèrent la montaigne des Chièvres qui est la pire, et passèrent le pont qui tramble, pour ce qu'il siet sur une abisme que on ne puet piloter, et disnèrent à Warcque, port de mer à chincq lieues de Soeques, et conchèrent au village de Thou, deux lieues de là.

  Le mardi, premier jour de march, partis de Thou, passèrent ung bras de mer à la ville dicte Namua, et puis ung aultre brach de mer, plus grandi et plus dangereux des trois, où ils furent en dangier, car il faisoit tourment, et gistèrent à Ribdieux, noef lieues de Namua.

 

  ... Ceux partis d'Oviedo cheminèrent cinq lieues, et logèrent à Avilès, un port de mer un peu hors du chemin de Saint-Jacques. Ils allèrent là avec l'objectif de prendre la mer et de gagner La Corogne car M. de Monceaux était malade, et suportait mal de monter à cheval. Mais le vent contraire les obligea à aller par terre.

  Le dimanche 27 février ils passèrent un bras de mer (note) et déjeunèrent à Cudillero à quatre lieues d' Avilès, et puis prirent gîte au village de Soto de Luiña.

  Le lundi (28 février 1501), ils passèrent sept mauvaises montagnes, nommées les Sept-Sœurs et puis passèrent la montagne des Chèvres qui est la pire, et passèrent le pont qui tremble, parcequ'il franchit un gouffre et qu'on ne peut le stabiliser, et dînèrent à Luarca, port de mer à cinq lieues de Soto de Luina, et couchèrent au village d'Otur, deux lieux de là.

  Le mardi, premier jour de mars, partis d'Otur, ils passèrent un bras de mer à la ville appelée Navia, et puis un autre bras de mer, le plus grand et le plus dangereux des trois, où ils furent en danger, car la mer était agitée, et logèrent à Ribadeo à neuf lieues de Navia.

                                                                                     -----------------------

 

  Itinéraire de Antoine de Lalaing

  Fondation David Parou - Institut de Recheche Jacquaire

  http://www.saint-jacques-compostelle.info/

 

  26 février. Tous, partis de Saint-Sauveur cheminèrent V lieues et logèrent à Villier (Aviles), un port de mer un peu hors du chemin de Saint-Jacques, et allèrent là car ils espéraient monter sur mer et descendre à Queloigne (La Corogne), parce que monseigneur du Monceaux était malade et avait du mal à chevaucher. Mais le manque de vent les contraignit à aller par terre.

  Le dimanche 28e de février passèrent un bras de mer et dînèrent à Cadifier (Cudillero ?), IV lieues de Villier, et puis prirent gîte au village de Socques ( ?).

  Le lundi passèrent sept mauvaises montagnes nommées les Sept-Soers ( ?), et puis passèrent la montagne des Chièvres ( ?) qui est la pire, et passèrent le Pont-qui-tremble parce qu’il est sur un abîme qu’on ne peut piloter. Et dînèrent à Warcque (Luarca) port de mer à V lieues de Socques, et couchèrent au village de Otier (Thou) II lieues de là.

  Le mardi, premier jour de mars, partis de Otier, passèrent un bras de mer à la ville dite Namua (Navia), et puis un autre bras de mer, le plus grand et le plus dangereux des trois où ils furent en danger car il faisait tourment. Et gîtèrent à Ribdieux (Ribadeo), IX lieues de Namua..

 

  note de l'article :

  Le "pont qui tremble" est sur le chemin menant d'Oviedo à la Galice, un peu à l’est de Ballota (ou Las Ballotas), entre Cudillero et Cadavedo. Ce pont franchissait à une grande hauteur l’estuaire par lequel le ruisseau côtier Tablizo se jette dans la mer. Il était en bois et était long de plus de 12 mètres.

                                                                                     -----------------------

 

  note personnelle Xacobeo :

  Il n'y a pas de ruisseau côtier Tablizo, et le village de Tablizo est situé juste à l'ouest de Ballota et du rio Cabo.

  Le "pont qui tremble" resterait donc bien situé sur le rio Cabo, à l'ouest de Ballota.

 

  En raison du relief, on peut supposer que le pont joignait les deux pointes rapprochées de part et d'autre de l'embouchure du rio Cabo, donc en aval du petit pont actuel, et juste au dessus de cette embouchure..

                                                                  --------------------------------------------------------

    

  à Q.Culture histoire  

  

                                                                  delhommeb at wanadoo.fr -  01/12/2022