Pèlerin à Assise - St Rufin (Desbonnets) (fr)  

 

                                                                  Pèlerin à Assise - St Rufin (Desbonnets)

 

     SAINT-RUFIN

 

  C'est la cathédrale d'Assise (il Duomo).

 

  Sa construction fut entreprise en 1140 et se poursuivit jusqu'au premier tiers du XIIIe siècle. L'extérieur présente un très beau spécimen d'architecture romane. Complètement refait au XVIe siècle par Galeazzo Alessi, l'intérieur actuel, trop en contraste avec l'austère beauté de la façade, fait regretter la disparition de la nef romane qu'avait connue saint François.

  De très nombreux souvenirs franciscains se rattachent à cette église et aux lieux immédiatement voisins.

 

- Le baptême de François et de Claire -

 

  Bien que cette cathédrale n'ait pas été entièrement terminée lors de la naissance de François, il est probable que c'est là qu'il fut baptisé et qu'il reçut le nom de Jean. De toutes façons, la cuve baptismale qui se trouve à l'intérieur, à droite près de l'entrée,

est bien celle où François puis Claire devinrent enfants de Dieu.

 

  "C'est la Providence qui choisit elle-même à François son prénom dont la rareté et la singularité devaient aider à la fortune rapide de son oeuvre dans le monde. Le serviteur et l'ami du Très-Haut avait en effet d'abord reçu de sa mère le nom de Jean au moment où, nouveau-né de l'eau et de l'Esprit, il cessait d'être fils de la colère et devenait fils de la grâce. (2 Celano 3)

 

  "Il fut d'abord appelé Jean par sa mère. Mais, peu après, son père, en l'absence de qui il était né, étant revenu de France, le nomma François." (Légende des Trois Compagnons 2)

 

- Le char de feu -

 

  Près de la sacristie, on peut voir la grotte où saint François se retirait pour prier quand il venait prêcher à la cathédrale. Une fois, tandis qu'il passait la nuit dans cette grotte, ses frères, restés à Rivo-Torto, furent les témoins d'une vision mystérieuse.

 

  "...un char de feu d'une merveilleuse splendeur, surmonté d'un globe esplendissant, semblable au soleil, qui illuminait la nuit, entra par la porte de leur chaumière, et en fit trois fois le tour. Ceux qui veillaient furent transis de stupeur, et ceux qui dormaient s'éveillèrent, terrifiés;...." (Légenda Major 4, 4)

 

- Sainte Claire -

 

  Il ne reste rien de la maison natale de sainte Claire, mais son emplacement est connu (à l'entrée de la place sur le côté gauche), grâce à un acte notarié de 1148 où le grand-père de Claire s'engage à ne pas surélever sa maison pour ne pas nuire à l'harmonie de la nouvelle cathédrale que l'on commençait à construire. C'est de là que Claire fut conduite aux fonts baptismaux; c'est de là aussi qu'elle partit pour suivre l'appel du Christ, le lendemain des Rameaux 1212; la veille, la cathédrale avait été le théâtre d'un événement plein de signification.

 

  "La solennité des Rameaux était proche, et Claire était venue trouver François, lui demandant encore que faire et comment faire pour quitter le monde. Le Père lui ordonna de revêtir pour la fête ses plus beaux atours et d'aller avec tout le peuple à la procession des Palmes, puis, dans la nuit qui suivrait, de sortir de la ville et de quitter les joies d'ici-bas pour prendre le deuil de la Passion du Seigneur.... (Thomas de Celano, Vie de sainte Claire 7)

 

- Frère Sylvestre -

 

  Frère Sylvestre était chanoine de Saint-Rufin lorsque, en 1209 ou 1210, il rejoignit saint François: c'était le premier prêtre admis dans l'Ordre. Il résida longuement aux Carceri. Ici, nous pouvons évoquer un moment de sa conversion, à l'époque où Bernard de Quintavalle distribuait ses biens aux pauvres.

 

  "Un prêtre, nommé Sylvestre, se présenta; François lui avait acheté des pierres pour la réparation de Saint- Damien; lorsqu'il vit tant d'argent déboursé sur le conseil de l'homme de Dieu, un désir cupide le poussa... La nuit suivante, il vit en rêve une très grande croix dont le sommet touchait les cieux, dont le pied était planté dans la bouche de François et dont les bras s'étendaient d'une extrémité du monde à l'autre. A son réveil, le prêtre sut et crut de toutes ses forces que François était vraiment l'ami et le serviteur du Christ..." (Légende des Trois Compagnons 30-31)

 

- Frère Rufin -

 

  Frère Rufin était le cousin germain de sainte Claire. Il se joignit au groupe des premiers frères en 1210, au retour du voyage que ceux-ci firent à Rome pour obtenir une première approbation de leur genre de vie. Frêle et timide, Rufin fut un grand contemplatif. Bien que les Fioretti ne précisent pas que l'événement ait eu lieu à la cathédrale, nous pouvons quand même y évoquer la prédication qu'il fit sur l'ordre de François.

 

  "Ce frère Rufin, par une contemplation continuelle, était si absorbé en Dieu qu'il était devenu comme insensible et muet; il ne parlait que très rarement, et, d'ailleurs il n'avait ni la grâce, ni la hardiesse, ni la facilité nécessaires  pour prêcher. Néanmoins, saint François lui commanda un jour d'aller à Assise, et de prêcher au peuple ce que Dieu lui inspirait. Frère Rufin répondit alors: Père vénérable, je te prie de me pardonner et de ne pas m'envoyer là, car comme tu le sais, je n'ai pas la grâce de la prédication, je suis simple et ignorant. Saint François dit alors: Puisque tu ne m'as pas obéi promptement, je t'ordonne, au nom de la sainte obéissance, d'aller nu à Assise, en ne gardant que tes braies, d'entrer dans une église, et, ainsi nu, de prêcher au peuple...." (Fioretti 30)

                                                                ----------------------------------------------------------

    

  retour à Assisi ville et environs 

  

                                                                  delhommeb at wanadoo.fr -  01/03/2020