Pèlerin à Assise - Rocca (Desbonnets) (fr)

 

                                                                   Pèlerin à Assise - Rocca (Desbonnets)

 

  LA ROCCA

 

  La forteresse que nous voyons aujourd'hui a été reconstruite au XIVe siècle sur les bases de celle qui fut démantelée en 1198 par les habitants d'Assise, et parmi eux, François alors âgé de dix-huit ans.

  Telles qu'elles sont, les ruines de ce beau spécimen d'architecture militaire suffisent pour évoquer toutes ces rivalités entre le Pape et l'Empereur, entre Assise et Pérouse, entre les "majores" et les "minores", qui forment une partie de l'arrière-plan de la vie de saint François.

  Mais le site constitue surtout un merveilleux observatoire, d'où l'on découvre un grand nombre de lieux dont les noms reviennent sans cesse chez les biographes de saint François.

                                                                                      * * *

 

  De l'Est vers l'Ouest, on découvre d'abord le mont Subasio, sur les flancs duquel on devine la route qui mène aux Carceri, et, un peu plus haut et plus à droite, les ruines de l'abbaye Saint-Benoît dont l'abbé concéda à François l'utilisation de la Portioncule, en échange d'une corbeille de poissons en guise de loyer annuel

 

  Dans le lointain, Spello et Foligno, où François alla vendre quelques pièces de drap pour se procurer l'argent nécessaire à la réfection de Saint-Damien, que l'on reconnaîtra facilement aux cyprès qui l'entourent. Par beau temps on aperçoit Spoleto à l'horizon.

 

  Dans la plaine, le sanctuaire de Rivo-Torto, et, à peu près dans la même direction, mais au pied du versant opposé de la vallée, entre Bevagna et Cannara, le lieu de la  prédication aux oiseaux. (Fioretti, 16)

 

  Dans la plaine, toujours, la basilique de Sainte-Marie des Anges qui enchâsse précieusement la petite chapelle de la Portioncule, et, sur l'autre versant de la vallée, Bettona dont les habitants, comme ceux d'Assise, virent cette lueur d'incendie qui s'élevait au-dessus de la Portioncule le jour où Claire y prit avec François un repas où l'esprit eut plus de part que le corps (Fioretti, 15).

 

  A peu près dans la même direction, mais plus près d'Assise, à un carrefour de routes, la Casa Gualdi, à l'emplacement d'une léproserie d'où François bénit pour la dernière fois la ville d'Assise.

 

  Plus à l'Ouest, à la hauteur de Bastia, presque au confluent du Tescio avec le Chiascio, se trouvait le monastère Saint-Paul, où François conduisit Claire après lui avoir donné l'habit, et dont l'église est maintenant enclose dans un cimetière.

 

  Un peu plus à l'Ouest et plus loin, on devine Ponte San Giovanni, où François fut fait prisonnier en 1202, lors de la guerre d'Assise contre Pérouse.

 

  Enfin, au loin, Pérouse, où il resta captif durant un an (Légende des Trois Compagnons, 4).

 

  Au pied même de La Rocca, c'est Assise dans sa totalité que l'on découvre, de Saint-Rufin, où François fut baptisé, à San Francesco, où ii est glorifié.

 

  Rocca Est JPG

 

  Rocca Sud JPG

  Rocca Ouest JPG

 

                                                                                       * * *

- Le héraut du grand Roi -

  De l'autre côté du grand mur qui prolonge la Rocca, on a une belle vue sur la vallée sauvage du Tescio. Un petit chemin descend sur la gauche du cimetière et remonte sur le versant opposé après avoir, sur un vieux pont (Ponte Santa-Croce, autrefois Ponte dei Galli, pont des français), traversé le Tescio à l'endroit où celui-ci fait un coude brusque et très prononcé: c'est par ce chemin que François a quitté Assise après le dépouillement devant l'évêque.

  "Et le voilà qui part, abandonnant sa ville natale, dédaigneux du monde, délivré des liens de tout désir terrestre, allègre et sans souci, cherchant une retraite bien solitaire pour mieux comprendre, dans le silence, les mystérieuses paroles venues du ciel. Il voyageait ainsi dans la forêt et, tout joyeux, chantait en français les louanges du Seigneur, quand deux voleurs surgirent du fourré et bondirent sur lui. Ces brutes lui demandèrent:  Qui es-tu ?  L'homme de Dieu, sans rien perdre de son assurance, leur répondit cette parole prophétique: Je suis le héraut du Grand Roi !  Ils l'envoyèrent alors, d'un coup, rouler dans un fossé plein de neige, en ricanant:  Restes-y, espèce de croquant qui fais le héraut de Dieu !  François attendit qu'ils fussent partis, sortit de son fossé, se mit à rire de tout son coeur, et reprit de plus belle, dans la forêt, sa chanson à la louange du Seigneur. (Legenda Major 2, 5)

                                                                 -----------------------------------------------------------

    

  retour à Assisi ville et environs

  

                                                                  delhommeb at wanadoo.fr -  01/03/2020