Pèlerin à Assise - Carceri (Desbonnets) (fr)  

 

                                                             Pèlerin à Assise - Carceri (Desbonnets)

    

 LES CARCERI

 

  Le mot Carceri signifie littéralement "Les Prisons". Comme il ne fait pas allusion, ici, à des prisonniers au sens pénitentiaire, mais à des reclus au sens religieux, la meilleure traduction serait encore "Les Solitudes".

  A l'époque de saint François, on n'y trouvait qu'une minuscule chapelle, quelques grottes creusées dans le rocher, et quelques abris sommaires aménagés par les premiers frères. Le couvent actuel a été bâti au XVe siècle par saint Bernardin de Sienne: il est si petit et si caché qu'il ne défigure en rien le site qui nous apparaît presque tel que l'ont connu les premiers frères qui y résidèrent.

  Aujourd'hui comme au temps de François, les Carceri sont un lieu propice à la méditation et au silence. Même si le temps vous manque pour y faire une véritable récollection, c'est dans un esprit de recueillement que vous visiterez ces lieux.

 

- Solitudes -

 

  A la différence des cisterciens qui s'installaient le plus souvent dans les vallées, les premiers franciscains préféraient les hauteurs: les Carceri en témoignent ici, comme ailleurs Greccio, Fonte-Colombo ou Poggio-Bustone. En y montant, nous ressentirons un peu de cette exultation dont François vibrait à lu vue de la nature. Mais les Carceri nous feront surtout découvrir combien François était naturellement porté vers la contemplation et la prière.

 

  "Le creux du rocher était son lieu préféré, deux pans de mur l'habitation de son choix. Son âme contemplative était heureuse de trouver, au cours de ses randonnées, une cabane en pleine solitude; il y séjournait longtemps et s'anéantissait alors dans la contemplation des plaies du, Sauveur   (1 Celano 71)

 

- La vie dans les ermitages -

 

  François écrivit lui-même un court règlement pour organiser la vie de ceux qui vivaient dans un ermitage, aux Carceri par exemple.

 

  "Les frères qui veulent mener la vie évangélique en fraternité dans les ermitages y habiteront à trois, ou quatre au plus.. Deux seront les mères; ils auront donc deux fils, ou un au moins. Les mères  tiendront  le rôle de Marthe, et les deux fils le rôle de Marie; ils auront un enclos à l'intérieur duquel chacun aura sa cellule pour y prier et pour dormir... (Règle pour les ermitages)

 

- Vivre dans une retraite ou prêcher ? -

 

  François était tellement porté vers la contemplation qu'un jour, il se demanda s'il ne devait pas en faire toute sa vie. Il voulut consulter sur ce sujet Claire qui était à Saint Damien, et Sylvestre qui était aux Carceri.

 

  "François, peu de temps après sa conversion, alors qu'il avait déjà rassemblé et reçu dans l'Ordre beaucoup de compagnons, entra en grande réflexion et grande perplexité sur ce qu'il devait faire: ou de s'adonner seulement à la prière, ou de se livrer quelquefois à la prédication; et il désirait beaucoup connaître sur ce point la volonté de Dieu... (Fioretti 16)

                                                                                          * * *

 

  A voir aux Carceri (plan)

 

  L'entrée voûtée de l'ermitage débouche sur le petit cloître (A) (XVe siècle) qui surplombe la vallée. La petite chapelle (B) donne accès à l'antique oratoire (C) qui existait à l'époque de  saint François. Au mur du fond, sous une fresque représentant la Vierge, on a découvert une autre fresque plus ancienne représentant une Crucifixion. A gauche de la chapelle, le minuscule choeur (D) (XVe siècle) où les religieux récitent l'Office.

 

  Par un passage situé à droite et un escalier (E), on gagne la Grotte de saint François, excavation dans le rocher où saint François logeait lorsqu'il se retirait ici dans la contemplation. Au sortir de cette grotte, on remarquera (F) deux fresques d'une naïve fraîcheur.

 

  Un peu plus loin, le tronc d'un arbre devant lequel François avait prêché aux oiseaux.

 

  Le pont (G) qui enjambe le vallon conduit vers la grotte de frère Léon (dans d'autres directions, on peut voir les grottes de Bernard, de Sylvestre, de Rufin et de Massée). En réalité ces grottes n'avaient pas d'occupants attitrés: quand un frère montait aux Carceri, il s'installait là où la place était libre.

 

  En revenant, on verra la chapelle (H) où est enterré le bienheureux Barnabé Manassei de Terni (+ 1474), fondateur des Monts-de-Piété.

 

  Dans le couloir (I), on verra la grande croix de mission de saint Bernardin de Sienne. On passera devant le petit réfectoire (J) (XVe siècle), dont une des parois est constituée par le rocher même de la montagne.

 

  Une chapelle récente (K) est ouverte pour la prière, avec possibilité de suivre les offices des frères.

 

                                                                ----------------------------------------------------------

    

  retour à Assisi ville et environs 

  

                                                                  delhommeb at wanadoo.fr -  01/03/2020