Saint Graal (wikipedia)    

 

                                                                   Calice de la Cathédrale de Valencia (Espagne)

                                                                                       (wikipedia) 

  

                                                                        

 

  La cathédrale de Valence (en Espagne) conserve depuis 1437 une relique supposée être le Saint Calice, envoyée de Rome en Espagne par saint Laurent en 258. Selon la présentation qui en est faite à la cathédrale de Valence, la coupe est datée du Ier siècle av. J.-C., et aurait été ornementée au fil des siècles.

 

                                                                     Histoire du Calice de Valence

 

  258 : Saint Laurent fait envoyer le Calice à Huesca

  Selon une légende, en 258, pendant la persécution de Valérien, le pape Sixte II aurait, deux jours avant son martyre, remis les reliques, les objets précieux et l’argent, à son diacre, saint Laurent, originaire de Huesca (Espagne). Laurent fut lui-même martyrisé, mais, avant de mourir, il avait fait expédier le calice à ses parents, dans son village natal, Loreto, près de Huesca, avec une lettre écrite de sa main.

  Il y avait une fresque du XIIIe siècle dans la basilique Saint-Laurent-hors-les-murs de Rome, qui représentait la remise du Saint Calice par saint Laurent à un légionnaire espagnol, mais elle a été détruite le 19 juillet 1943, lors d’un bombardement allié, et il ne subsiste qu’une photo médiocre.

  Les parents de saint Laurent habitaient une petite ferme (torre, en aragonais) qui est l’actuel ermitage de la Vierge de Loreto.

 

  713 : conquête musulmane, voyage à travers les Pyrénées du Sud

  En 712 débute la conquête musulmane de l'Espagne.

  Les Maures auraient recherché le Saint Calice, et la cathédrale de Huesca n’étant plus un abri sûr, l’évêque Acisclo quitta la ville en 713 avec le Saint Calice, voyageant vers les Pyrénées du Sud, en passant par plusieurs chapelles, églises et monastères: grotte de Yebra de Basa (où fut martyrisée sainte Orosia), chapelle Saint-Pierre de Siresa (le Saint Calice a été caché à l’intérieur d’un des murs; une étoile dessinée sur le sol avait une branche qui indiquait la position exacte de la cachette dans le mur; (vers 830, les rois et comtes d’Aragon et de Navarre ont versé des contributions considérables pour le culte des reliques sacrées / culto a las santas reliquias), église Santa María à Santa Cruz de la Serós (un petit habitacle dans le mur fait penser que le Saint Calice aurait pu être placé là), ermitage de San Adrián de Sásave, église de la Corte à Bailo (entre 1014 et 1045 environ), cathédrale Saint-Pierre de Jaca (vers 1045), et d’autres endroits restés secrets.

  En 777, l’armée de Charlemagne traverse les Pyrénées. Une théorie prétend que la rumeur de la présence du Saint Calice dans cette région se serait alors propagée en Europe.

 

  ~1070 : le Saint Calice est placé au monastère de Saint Jean de la Peña

  En 1071, l’évêque de Jaca, Don Sancho I, plaça le Saint Calice au monastère de Saint Jean de la Peña, où il avait été moine auparavant, à l’occasion de la venue du cardinal Hugo Cándido, envoyé par le pape Alexandre II.

  Le document Vida de S. Laurenzo du 14 décembre 1134 (page 109 ?) écrit par D. Carreras Ramirez, chanoine de Saragosse, témoigne de la présence du Saint Calice au monastère de Saint Jean de la Peña :

  "En un arca de marfil está el Caliz en que Cristo N. Señor consagró su sangre, el cual envió S. Laurenzo a su patria, Huesca." ("Dans une arche d’ivoire se trouve le Calice dans lequel Notre Seigneur le Christ a consacré son sang, lequel fut envoyé par saint Laurent à sa mère patrie, Huesca.").

  En 1322 un sultan d’Égypte revendique avoir acquis à Jérusalem la coupe utilisée par le Christ lors de la Cène. Jacques II d’Aragon achète ce calice au sultan et le place dans le palais de l’Aljafería de Saragosse (source : Finke, Acta Aragonensia II. Berlin-Leipzig 1908). J. A. Onate a formulé l’hypothèse que, par la suite, Martin Ier l’Humain aurait fait de cette coupe le pied du Saint Calice.

 

  1399 : le Calice est transporté à l’Aljafería de Saragosse puis à Barcelone

  Le 26 septembre 1399, le Saint Calice fut transporté à la chapelle du Palais Royal (l’Aljafería) de Saragosse, à la demande du roi d’Aragon Martin Ier l’Humain, avec le soutien de l’antipape Benoît XIII.

  Un acte notarial indique: "Cáliz de piedra en el cual Ntro. Sr. Jesucristo consagró su preciosa sangre" ("Calice en pierre dans lequel Notre Seigneur Jésus-Christ a consacré son sang précieux".)

  Le texte qui accompagnait le Calice - ce texte est conservé dans les archives de la Couronne d’Aragon à Barcelone (parchemin no 136 de la Collection de Martin Ier l’Humain) - précisait que le calice avait été envoyé de Rome avec une lettre de saint Laurent.

  Plus tard, le Saint Calice fut transféré dans la chapelle de la résidence du roi à Barcelone (l’inventaire des biens de Martin Ier qui fut fait en septembre 1410 à Barcelone, peu avant sa mort, indique que le Saint Calice était présent dans cette ville).

 

  ~1416 : le Saint Calice est transféré à Valence

  En 1416 (ou 1424), Alphonse V d'Aragon emmena le Saint Calice dans son Palais Royal à Valence (Espagne) (ce palais a été démoli en 1810).  Parti conquérir Naples, son frère, Jean II d'Aragon devient vice-roi.   Selon l'acte du notaire Jaume Monfort, le 18 mars 1437, Jean II a remis, au nom de son frère, le Saint Calice à la cathédrale de Valence, où il est toujours conservé (archives de la cathédrale, volume 3.532, pages 36–37).

  La couronne d’Aragon a ensuite voulu le reprendre, et la cathédrale de Valence a donné au royaume d'Aragon 40 000 ducats d’or pour garder perpétuellement cette relique.

 

  1744 : le Saint Calice se fragmente après une chute

  Le 3 avril 1744, lors du service de la Semaine sainte, le Saint Calice échappa des mains de l’archiprêtre Don Vicente Frígola Brizuela. La réparation a été effectuée par le grand bijoutier Luis Vicent (en présence du notaire Juan Claver qui a consigné l’acte), et la cassure ne se remarque plus, hormis deux petites fissures.

 

  1809 : avancée des troupes napoléoniennes, le Saint Calice est transféré à Alicante, Ibiza et Palma de Majorque

  En mars 1809, devant l’avancée des troupes napoléoniennes, le Saint Calice a quitté Valence, pour Alicante tout d’abord. Il est retourné à Valence en février 1810, mais en mars de cette année, il a dû être transféré de Valence à Ibiza, et en février 1812 à Palma de Majorque.

  Le Saint Calice est retourné à la cathédrale de Valence en septembre 1813, à la fin de la guerre d’Indépendance.

 

  1916 : Le Saint Calice est installé dans une chapelle

  En 1915, le chapitre de la cathédrale décide de transformer l’ancienne salle du chapitre en chapelle du Saint Calice, où celui-ci fut installé en 1916, le jour de l’Épiphanie.

 

  1936 : guerre civile, le Saint Calice est confié à une fidèle

  Le 21 juin 1936 au matin, durant la guerre civile qui oppose les républicains aux nationalistes de Franco, les républicains ayant dévasté les temples adjacents à la cathédrale (San Valero, San Agustin, et d’autres), le conseil de la cathédrale décida de remettre le Saint Calice à un fidèle; il fut confié, camouflé dans du papier journal, à Maria Sabina Suey Vanaclocha, qui fut escortée par deux ecclésiastiques déguisés jusqu’à son domicile, 3 rue Primado Reig. Quelques heures après, les républicains entraient dans la cathédrale.

  Un franc-maçon se mit à la recherche du Saint Calice avec des républicains, et le chercha parmi des membres du conseil et leurs amis.

Le 7 août, des républicains fouillèrent rapidement le domicile de Maria Sabina qui se trouvait être une amie d’Elias Olmos Canalda (archiviste de la Cathédrale), et ne trouvèrent pas le Saint Calice caché dans la garde-robe. Il fut alors dissimulé sous une dalle.

  Le 29 août, ils revinrent mais ne le trouvèrent toujours pas. Maria Sabina le cacha alors chez son frère, au 7 rue Pelayo, avant de le cacher de nouveau chez elle le 30 janvier 1937.

  Entre-temps, un groupe juif d’Amsterdam offrait environ 100 000 $ pour le Saint Calice.

  Le 20 juin 1937, Maria Sabina plaça le Saint Calice chez sa sœur, à Carlet, un petit village à 25 km de Valence.

  Le 30 mars 1939, peu après la victoire de Franco, Maria Sabina remit le Saint Calice aux autorités.

  Le jeudi 9 avril, le Saint Calice fut rendu au conseil de la cathédrale. Il fut placé à la Lonja de la Seda durant trois mois, le temps que la cathédrale soit réparée, et le 9 juillet, il est revenu au sein de la cathédrale.

  D. Elias Olmos y Canalda a écrit un livre, "Como fue salvado el Santo Caliz de la Cena : Rutas del Santo Grial desde Jerusalén a Valencia" (publié en 1946, (ASIN B0000EDNKO)), qui raconte tous ces événements.

 

  1982 : le pape Jean-Paul II célèbre la messe avec le Saint Calice à Valence

  En 1982, le pape Jean-Paul II a visité Valence. Il a embrassé deux fois le Saint Calice et l’a utilisé pour la messe.

 

  2006 : le pape Benoît XVI célèbre la messe avec le Saint Calice à Valence

  Lors de sa venue pour les Rencontres Mondiales de la Famille, le pape Benoît XVI a célébré la messe avec le Saint Calice. Une réplique lui a été offerte.

                                                                           -----------------------

           

                                                          Structure du Calice de Valence

 

  En 1960, Antonio Beltran, chef du département d’archéologie de l’université de Saragosse, en collaboration avec d’autres collègues européens, a fait une étude complète du Saint Calice.

 

  Il aurait été fabriqué entre le IVe siècle av. J.-C. et l’an 1

 

  Formé par une coupe, un corps et un pied, il a une hauteur de 17 cm.

 

  La coupe, taillée d’un grand morceau de calcédoine orientale, a un diamètre de 9 cm.

 

  Le corps est composé de :

  a) une colonne centrale hexagonale avec un écrou rond au milieu et surmontée de deux petits plats, celui du dessus soutenant la coupe et celui du dessous soutenant le pied;

  b) deux poignées latérales, en forme de serpent, taillées hexagonalement;

  c) la base, entièrement en or.

 

  La base, elliptique, est en calcédoine, et comporte 28 petites perles, deux rubis et deux émeraudes. Antonio Beltran conclut qu'il s'agit probablement d'un brûleur d'encens du XIIe siècle retourné, choisi pour servir de base à la coupe supérieure parce qu'il est du même matériau et de même couleur.

 

  Une inscription en arabe coufique est gravée sur son dos, mais les deux mots "clz chrh" sont difficiles à décrypter.

                                                                                

  Schéma de la structure du Calice de Valence.

 

                                                    

                                                                         -------------------------------------

 

                                               Camino del Santo Grial : Jaca/SanJuan de la Peña - Valencia   

 

  Camino del Santo Grial : (Jaca) S.Juan de la Peña - Valence  

  Le Camino del Santo Grial suit le chemin de la relique identifiée comme le Saint Calice de la Dernière Cène, de l'Aragon
à
Valence, en passant par Huesca, Saragosse et Teruel.

                                       

                                                                  -----------------------------------------------------------

    

  retour à Q.Culture Histoire  

  

                                                                  delhommeb at wanadoo.fr -  01/04/2019